Succès pour la démonstration de levée de liège

Organisé dans le cadre du projet européen Forest’Ed (mené par Forêt Modèle de Provence, sur l’éducation à l’environnement), la démonstration de levée de liège du vendredi 9 juillet, a attiré un public nombreux au sein de la propriété du château Léoube.

Léoube rime dans la tête de beaucoup avec son rosé (vinifié par Romain Ott !), sa plage du Pellegrin, ses produits d’exception et de luxe (son huile d’olive notamment), mais le Domaine ne galvaude pas non plus sa forêt (465 hectares de forêt, 70 de vignes, 25 d’oliviers). Après une vaste opération de restauration de terrains brûlés suite aux incendies de 2017, après s’être doté de moyens d’intervention d’urgence, 2021 sera l’occasion d’une levée de liège au sein de sa propriété, par l’ASL Suberaie Varoise, dans le cadre de son partenariat avec le numéro 2 mondial, le bouchonnier français : Diam Bouchage.

« Nous prévoyons cette année de levée entre 150 et 170 tonnes au sein du Massif des Maures« , présente Gisela Santos Matos, technicienne forestière, responsable de la levée dans le département pour l’ASL Suberaie Varoise.

Après avoir rappelé le riche passé du liège varois (près de 10 000 tonnes de liège levées par an, pour 150 fabriques et 2000 emplois !), il a été présenté les perspectives d’avenir et notamment les essais de mécanisation, devant une soixantaine de personnes, dont des délégations européennes venant de Grèce, Italie, Croatie, Espagne et Portugal. Preuve du nouvel élan de la filière, des perspectives d’avenir sont pensées, parfois originales, comme la fabrication d’un parfum extrait du liège, développé à la demande de la Villa Galaxie.

A n’en pas douter, la filière subéricole n’a pas encore dit son dernier mot.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.