Où est le beau ?

Cela pourrait être une question au bac philo de fin d’année, mais en attendant c’est le nom d’un très bel événement organisé par Hélène Aguilar, éponyme au média qu’elle a créé.

« S’il y a bien une chose que nous devons partager et explorer, c’est l’ensemble des champs des possibles qui existe aujourd’hui pour demain ! »

Plusieurs participants au Concours d’Art et de Design Quercus Suber que nous organisons viennent de Paris, pour eux et les visiteurs attirés par un Design qui ne cesse de se ré-inventer, rendez-vous est pris du 3 au 8 septembre à l’Espace Commines à Paris (dans le 3ème arrondissement, le Haut Marais connu pour ses galeries d’art et ses lieux branchés).

L’exposition présentera une sélection inédite et resserrée de designers, faiseurs et artistes engagés, portés par une démarche respectueuse du vivant et des territoires.

La scénographie sera assurée par Frédéric Imbert (designer et architecte d’intérieur), en utilisant comme ressources : des matériaux naturels récupérés, réutilisés ou détournés. De la scénographie, rien ne sera jeté, tout sera valorisé, y compris le liège que les Etablissements Lièges Junqué et Forêt Modèle de Provence ont mis à disposition !

Au-delà de cet événement, tous les jeudis sont à écouter les podcasts dédiés au design, à l’architecture, à l’art et à la créativité en général, sur le site => https://www.ouestlebeau.com/

« Dans les épisodes, on aborde leur démarche, leur travail, leur définition du beau et on questionne aussi notre rapport au vivant.« 

L’objectif est de plus que jamais conscientiser notre démarche et notre rapport aux éléments, pour valoriser ceux que nous avons dans les mains : nos ressources locales, la richesse de notre artisanat, l’importance du localisme en lieu et place d’une importation énergivore.

Le beau c’est aussi une conception du Circuit court adapté au Design, adapté au monde qui nous entoure, à ses spécificités, ses limites, ses opportunités, c’est un acte militant pour demain : créer en s’adaptant, créer en changeant de paradigme, créer en repensant aujourd’hui pour (r)assurer demain.

« Seuls les matériaux dont l’extraction impacte de façon la plus faible possible notre planète seront présentés. Il n’y aura donc pas de métal, ni de plastique même recyclé.« 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *