Maurice Junqué : la mémoire du liège

« Avant, le liège était au cœur de nos campagnes, maintenant il n’y a plus rien », Maurice Junqué, du haut de ses 86 ans, a tout connu.

Visiter une des dernières entreprises varoises de liège, en l’occurrence les établissements Junqué, est un voyage dans le temps… ça et là, les anciennes machines pour les bouchons prennent la poussière, certains la rouille, « jusqu’à 60 000 bouchons par jour, par machine« , des souvenirs éclairent le visage de Maurice, au temps où il avait encore son entreprise de bouchons à Gonfaron « une affaire familiale, une trentaine de salariés« . Toute une vie.

« Dans le Var, on avait la meilleure qualité de liège, tout le monde nous l’enviait ».

Effectivement, le liège connut un riche passé varois, dont l’histoire a commencé dans les années 1820 avec des bouchonneries sur Collobrières et la Garde-Freinet, qui seront les deux capitales de cette filière. S’en suivra, des hauts, des bas, puis une quasi disparition de la filière (voir le graphique ci-dessous).

Malgré la grave déprise, Maurice, fils et petit fils de bouchonnier, contre vents et marées, va résister, et continuer, encore aujourd’hui, à travailler tous les jours le liège de ces aïeux.

« C’est une histoire familiale, mon arrière grand père était déjà dans la filière, notre cœur a toujours battu pour le liège ».

L’entreprise pratique encore le levage du liège, en partenariat notamment avec Gavino Pallita, un bouchonnier sarde, à eux deux, ils lèvent en moyenne 200 à 300 tonnes de liège par an. Cependant, rien n’est facile.

« On ne trouve plus d’ouvriers, le savoir-faire s’est perdu, plus personne ne sait lever le liège », regrette Maurice, s’appuyant encore sur d’ultimes irréductibles, une poignée.

Les lièges levés sont ensuite séchées, bouillis, traités et triés.
Une partie de la récolte est mise à la vente directement auprès de spécialistes fabricants de bouchons pour vins de garde. L’autre partie est travaillée sur l’exploitation pour la fabrication de bouchons spéciaux (bouchons croûtes, ventres, etc), palangrotes destinés à la pêche à la ligne, de couasses ou encore de pots en liège pour les plantes.

Maurice Junqué fabriquant un bouchon.

Enfin, rien ne se gaspille, les chutes de liège (sur la gauche de la photo), et le liège mâle ou femelle de moindre qualité, sont transformés en granulés de différentes dimensions, ils seront utilisés pour l’isolation (en vrac ou en panneau).

« L’avenir de la filière se trouve dans l’isolant, c’est le meilleur isolant, imputrescible, résistant aux insectes, aux rongeurs et au temps, sans perdre de sa qualité. Il est éternel, tout en étant un excellent isolant phonique, thermique. C’est un matériau d’avenir. Je ne comprends pas comment on peut continuer à utiliser la laine de verre ou de roche. »

Le prix n’est pas le même, mais ses qualités non plus.

Désormais installé au Château Payan, route de Gonfaron à Flassans sur Issole, il se chuchote avec insistance que son petit neveu reprendrait l’exploitation… A croire, que les établissements Junqué soient vraiment éternels, et leur histoire définitivement indissociable avec celle de la filière.

Longue vie et merci.

Pour aller plus loin, le lien vers leur site internet => https://www.liege-junque.com/



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *